AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE   Dim 12 Aoû - 19:18

Ecrire l’histoire du jazz, musique à la fois populaire et savante est une tâche presque impossible en ce sens que si la partie savante peut être appréhendée, voire abordée de manière satisfaisante, il n’en va pas de même pour ce qui est de ces innombrables conjonctions de vies brèves, marginales, visages surgis de nulle part, avalés d’un trait par les lumières pléthoriques des scènes américaines, vomis le plus souvent dans un pan d’ombre qui constituent un peuple immense et protéiforme et dont la vaste clameur émerge parfois sous la forme de quelques lignes rédigées dans des revues spécialisées ou jetées au bas d’une pochette d’album. Faut-il écrire ce qui se joue, à savoir l’insaisissable, l’insolvable, le rebelle, l’insoumis?

Le jazz est un parler à double sens, joué ou chanté, le plus souvent noir même quand il est blanc. Musique des classes sociales les plus défavorisées, les plus opprimées, les plus fragiles, les plus absentes, et pour cause, des livres d’histoire, mais qui peuplent les registres d’écrou des prisons et des postes de police, tribunaux, maisons de correction et autres dictionnaires symboliques de la langue des possédants, langue-muscle de sang rouge et idiot, viande parlante des ango-saxons protestants qui cognent d'abord puis se trainent à genoux, obèses serpents dodelinant sous le reflet de leur propre blancheur. Le blanc bat, cœur au cœur de la nuit, là, dans ce mince faisceau de conscience étranglée où le voleur sait comment, à tâtons, on le vole.

Pas un pouce de terrain blanc pour les noirs qui se mettent à genoux pour acheter de vieilles maisons dont personne ne veut plus. On ne leur vendrait même pas un mètre carré au milieu du désert écrit Mike Davis dans ce grand livre qu’est City of Quartz. Plus tout à fait propriétaires, les indiens, en conserve-réserve, jamais propriétaires, les noirs, à l’exception de quelques Jim Crow. Le dernier gouverneur espagnol de Californie, chassé de son dernier palais, un bungalow pourri, mis à la rue par la municipalité de San-Francisco, puis mort comme un chien errant en pays de cocagne, n'a-til pas finalement été jeté par les nouveaux américains, que les indiens Natchez appelaient les hommes toujours souriants, comme un sac de pierres au fond d'une fosse commune?

Alors il reste le temps, immense et aussi vierge dans sa chute éternelle que l’orbe qui court en bas des reins d’une inconnue, sourit, ronde et tendre, sur la surface des tours de brique qui ne fument plus et s’élèvent, souveraines figures de la solitude dans la lumière de l’aube, ou retombe sur le front d'un cadavre comme retombe roide le cadavre d'un coup de matraque. Bop ! Be-Bop! Faisaient les matraques des flics du sud sur la grosse tête de Thelonius Sphère Monk. Be-Bop ! Bop ! Derrlibop! Faisaient les matraques sur celle, plus fragile, de Bud Powell qui s'interposa avant que son géant de copain ne s'écroule dans la poussière pleine de fanes de mais, d'une chaude rue de Georgie. Be-Bop ! se nomma cette musique au tempo volé aux flics, glorieux, irrésistible.

Temps volé, là où personne ne va chercher personne.



Temps, image mobile de l'éternité.

Temps qui va faire l'essentiel du travail d'une vie passée à en surprendre les murmures les plus intimes pour Shirley Horn, déjà faisant le diable à quatre sous le piano de sa mère avant même de savoir correctement marcher. Où quand les cris des autres enfants des rues de Washington, les odeurs d'œuf et de pomme de terre, de fèves fraiches et de porc, de raisins et de rhum aux accents lointains et sucrés se fondaient miraculeusement dans le corps résonant du grand instrument de bois laqué, miroir sans tain derrière lequel les heures volées de l'enfance coulaient comme d'énormes baleines blanches blessées à mort dans le ventre immense et noir de la mer.

En 1960, quand la chanteuse grave pour un petit label nommé Stere-o-craft un premier disque, The Real Thing, qui tombera sous la main d'un Miles Davis en pleine déccelération-déconstruction, les symptômes de cette course folle vers l'immobilité parfaite sont déjà présents dans les notes. Quand elle réapparaîtra 10 ans plus tard après avoir élevé sa fille, le décor personnel et fascinant de ce théâtre d'éternité qu'elle ne quittera plus sera posé.

En témoigne l'album Lazy Afternoon enregistré en 1976 pour le label Steeplechase et le titre du même nom, chanson impressionniste aux couleurs fauves que n'aurait pas renié Debusssy – les harmonies sont proches du Prélude à l’après-midi d’un Faune - écrite en 1954 par Jérome Moross, l'hédoniste John Treville Latouche étant l'auteur des admirables paroles. Lazy Afternoon, après-midi paresseux, donc, où il est question de la vie habituellement ignorée des insectes et de la floraison des tulipes dans un paysage verdoyant au dessus duquel même les nuages se figent. C’est alors, dit la chanson, que l’on peut entendre l’herbe en train de pousser - You can hear the grass as it grows. Et qui sinon Horn ferait aussi bien entendre cet autre monde où le temps, aboli se révèle être un espace où pouvoir rêver enfin, toujours.

Tennyson disait déjà de l’Amérique qu’elle va trop vite. Ford, Vidor, Mann, Hawks, Peckinpah, en ont filmé les paysages rouges et verts, jaunes et bleus, épris de minéralité et délavés par le soleil comme s’ils étaient entrés en résistance contre l’oubli, ce paramètre de croissance du vide indispensable à la construction d’une société de masse.

Mais c’est au Renoir du Fleuve et de l’Homme du Sud, qu’il faut dédier cette chanson car, comme l’eau réfractaire, elle déborde, se tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Its a lazy afternoon
And the beetle bugs are zooming
And the tulip trees are blooming
And theres not another human in view,
But us two
Its a lazy afternoon
And the farmer leaves his reaping
And the meadow cows are sleeping
And the speckled trouts stop leaping up stream
As we dream
A far pink cloud hangs over the hill
Unfolding like a rose
If you hold my hand and sit real still,
You can hear the grass as it grows
Its a hazy afternoon
And I know a place thats quiet, except for daisies running riot
And theres no one passing by it to see
Come spend this lazy afternoon with me




LAZY-AFTERNOON

Ceux qui souhaitent écouter une version instrumentale peuvent se jeter – littéralement si cela leur fait plaisir- sur l’album gravé par Pete La roca en 1965, Basra - Blue note, TOCJ-9104 - où le ténor Joe Henderson prend un de ses plus beaux solos sur ce standard.


Dernière édition par Bannister le Mer 14 Mai - 13:13, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
Duppy
Balthazar
avatar

Nombre de messages : 577
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Re: SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE   Dim 12 Aoû - 20:44

J'ai toujours eu un peu de mal avec Shirley Horn. J'attends donc d'écouter ce Lazy Afternoon avec impatience.

Par contre pour Basra, j'appuie Bannister : ce disque est superbe, et le solo de Joe Henderson est magnifique sur Lazy Afternoon ! Et vu que Joe Henderson est un de mes ténors préférés...



Lazy Afternoon




En écoutant Joe Henderson, essayez d'imaginer ce type immense, les yeux fermés et le dos courbé, la barbe grisonnante, faisant corps avec son saxophone, et se balançant lentement au grès de la mélodie...
Et c'est pas parce que je met un lien en écoute qu'il ne faut pas se jeter sur ce disque, et courir l'acheter hein... Bien au contraire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://randomizm.blogspot.com/
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE   Dim 12 Aoû - 23:11

Citation :
En écoutant Joe Henderson, essayez d'imaginer ce type immense, les yeux fermés et le dos courbé, la barbe grisonnante, faisant corps avec son saxophone, et se balançant lentement au grès de la mélodie...
Et c'est pas parce que je met un lien en écoute qu'il ne faut pas se jeter sur ce disque, et courir l'acheter hein... Bien au contraire !

Un éthiopien ce Joe Henderson. Lazy afternoon online now. Incroyable, je suis en train de discuter, tout en buvant, évidement, pas mal de rhum, avec un mec amateur de Tristano. On en est à passer des trucs de Billy Bauer à fond de lampes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
Rom
Hazarbalthazar
avatar

Nombre de messages : 674
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE   Lun 13 Aoû - 0:47

Bannister a écrit:
Lazy afternoon online now

It's not easy for a lazy lady!

Tout çà après mon film Broken Flowers de Jarmush où après quelques notes j'avais pu reconnaître l'éthiopien!(Mulatu Astatqé)

Eh ben....

_________________
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures.(proverbe tzigane)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rom
Hazarbalthazar
avatar

Nombre de messages : 674
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE   Lun 13 Aoû - 13:10

Lazy Afternoon re-écouté ce matin juste après Les Hommes endormis de Mélanie de Biasio...je reste sur le même hamac pour un après-midi de sieste!
Quelques similitudes pour un balancement au ralenti

_________________
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures.(proverbe tzigane)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE   

Revenir en haut Aller en bas
 
SHIRLEY HORN, VERS L'IMMOBILITE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shirley Horn, de l'aquarelle vocale
» Steve Harris et Kevin Shirley de retour en studio
» Remix du Blues vers le Funk version longue
» La Mine de Rien - La Tête allant vers
» Transposition facile de G ou A vers D ou E

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JAZZ VOICES :: Les Voix :: 1944-1960-
Sauter vers: