AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 KEN NORDINE OU RIEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: KEN NORDINE OU RIEN   Jeu 30 Aoû - 22:29

Ken Nordine est une être magnifique. Je l'ai pensé dès que je l'ai entendu il y a des années. Une voix singulière du jazz qui n'a jamais chanté quoi que ce soit mais s'est contenté de dire ses textes avec un génie de l'ironie et une force poétique sans presque d'équivalent. Fils prodigue du bizarre et de la nuit rêvée à coups de visions inouïes en rafales, de mots déversés rien que pour vous dans cette rivière trop souvent désertée qu'est l'esprit.

Dernier des beatniks, Ken, né en 1920, n'a jamais cessé, depuis Word Jazz, Son of Word Jazz , gravé pour Dot en 1958, de reprendre le souffle inépuisable, noir, subversif, beau comme la nuit en plein jour, d'un Edgar Allan Poe, là où son propriétaire halluciné avait du se résigner à l'abandonner, à Baltimore, un certain 7 octobre 1849 où on lui fit boire le poison qui eût raison de lui. Mais il a aussi, la verve épique de Kérouac et l'impertinence de Ginsberg.

Nordine parle derrière de roboratives formations cool - Chico Hamilton, Buddy Colette - par exemple - et cela dure des heures et vous entendez ce que vous n'avez jamais entendu, la modernité du diseur chante tous les possibles mais peut aussi tuer, comme la guitare de Guthrie, les mauvaises habitudes.

Le sommet de l'art Nordinien est atteint en1966 avec Colors où il est engagé par une compagnie de peintures de San Francisco, The Fuller Paint Company pour réaliser de courts spots radiophoniques dans lesquels il est censé improviser sur Bleu, Rouge, Jaune, Blanc, Noir,Vert. Rapidement , tout le catalogue y passe et il se met à délirer à mort et se commet 34 fois d'une manière qui aurait fait sauter de joie André Breton, Tallemant des Réaux et Scriabine réunis. Le jour de 1989 où l'auteur de ces lignes - il avait échangé un disque en double de Tal Farlow contre ce LP alors introuvable - a vu une telle poésie élevée à la nitro-glycérine déferler sur lui, il était très heureusement complètement afghhanisé et a pu en apprécier toute la sublime moelle, le ciel même, au delà de sa fenêtre, lui semblant saisi d'une frénésie chromatique sans nom - il y a quand même de bons et mémorables moments dans cette vie étroite.



Ici, juste sous les fesses de cette baigneuse - A Red Swimmer - immortalisée par Wiliam Claxton, Ken Nordine dans ses œuvres dans My Baby, puis, plus bas, un petit film de génie réalisé par Gary Saint Martin sur les paroles de Down by the Drain où il est question de prendre un bain et de foutre le camp par les tuyaux vers de vraiment nouveaux horizons. Amusez-vous bien - et n'oubliez pas de lire le commentaire assez logique d'un des internautes subjugués sur You Tube.

MY BABY

DOWN BY THE DRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
 
KEN NORDINE OU RIEN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dans le genre truc qui sert a rien : quels sont vos livres preferés ?
» Les petits rien qui font du bien à la vie.
» Je ne peux rien pour lui
» La Mine de Rien - La Tête allant vers
» [Le MELODiST] ON INVENTE RIEN (Sampleur & Sombres Poches)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JAZZ VOICES :: Les Voix :: Les Autres Voix-
Sauter vers: