AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cheikha Remitti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rom
Hazarbalthazar
avatar

Nombre de messages : 674
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Cheikha Remitti   Dim 2 Déc - 17:37

myspace

Vous qui vouliez de la voix orientale....voici la mamie du raï!


Grande parmi les grandes, insoumise, militante pour la cause des femmes, instigatrice d’un genre nouveau: le raï, chanteuse au verbe cinglant, Cheikha Remitti n’a jamais plié.
Cette artiste d’exception est décédée il y a un an et demi, à l’âge de 83 ans, quelques mois après la sortie d’un dernier disque (« N’ta Goudami » - MJ4154). Sa vie a eu le souffle et la flamme du vécu de ces grandes aventurières qu’on se plaît tant à raconter.
Tout comme Oum Kalsoum ou Fairuz, mais avec un destin diamétralement opposé, Cheikha Remitti a fait et fait danser, pleurer, rire des générations, a été et est une icône dans son pays et bien au-delà.
Dans le cadre d’une édition consacrée en partie aux femmes à l’occasion du festival « Voix de femmes », il me semblait indispensable de revenir sur un des albums de cette femme qui, par ses actes et ses engagements, est tout à la fois héritière de traditions, créatrice d’un genre musical recomposé à partir de celles-ci: le raï, et inconditionnelle de l’émancipation de la femme.
J’ai choisi l’album édité par l’Institut du Monde Arabe parce qu’il contient la plage intitulée « Charrag, gattaa » qu’on pourrait traduire par : « Déchire, lacère ». Cette chanson fut son premier succès - elle date de 1954 ! – et plante le décor d’une réputation sulfureuse car d’aucuns considérèrent qu’il s’agissait d’une attaque en règle contre le tabou de la virginité.
Ce disque est fait de trois fois rien: deux percussions (derbouka et guellal), une flûte (gasba) et le chant de Cheikha Remitti. En même temps, il s’en dégage une énergie bouillonnante et une personnalité forte. Cette chanteuse assène ses vers comme une psalmodie et les rythmiques, tantôt lancinantes, tantôt sautillantes, tournent et tournent encore. On comprend que les soirées au son de ce raï naissant pouvaient durer fort tard. On imagine aussi, assez facilement d’ailleurs, qu’à ses débuts, le raï devait avoir mauvaise réputation. Tenu en piètre estime par les gens aisés, il est associé aux cabarets, aux bars et aux lieux mal famés. Ce qui n’est pas sans rappeler d’autres genres musicaux aux prémices aux odeurs de souffre : le tango, le rebetiko…
Boudée par l’Algérie officielle, censurée par le FLN, Cheikha Remitti n’en a cure, elle danse et chante l’amour, la liberté, les corps emmêlés, la vie sensuelle, son pays, l’émancipation féminine…
Un peu plus de cinquante ans après ce premier « tube », elle sort son dernier album, déjà évoqué plus haut, et est surnommée « mamie ». Mais la mamie n’a rien perdu de sa lucidité et de son dynamisme; elle nous livre un disque très produit: les percussions traditionnelles (derbouka, bendir, tar) et la flûte se mêlent ainsi aux claviers, basse, batterie…
Je vous propose un petit exercice, nettement plus facile à réaliser technologiquement qu’une machine à remonter dans le temps mais à l’effet aussi décoiffant: écoutez ces deux albums, l’ancien et le nouveau, soit successivement, soit en alternant une plage de l’un et une plage de l’autre. C’est l’histoire du raï, en accéléré, que vous revivez !

Isabelle Delaby(point de vue de la médiathèque)


On en parle chez Mondomix



_________________
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures.(proverbe tzigane)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Cheikha Remitti   Dim 2 Déc - 18:37

Evidement, il faut commencer par elle s'y l'on veut parler de Rai. Elle était extraordinaire et allergique à toute forme de réaction, de censure, d'embrigadement, d'ordre, de discipline, de morale, etc. Une épine indestructible dans la musique orientale nord-africaine. Indomptable, donc, et d'un abord souvent abrupt, elle était pourtant la générosité même et l'âme du peuple des petits cafés, des bordels, des quartiers où la vie de la chair n'a jamais cessé quelque soit la conjoncture politique ou sociale. Indispensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
 
Cheikha Remitti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JAZZ VOICES :: Les Voix :: Les Autres Voix-
Sauter vers: