AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MIRIAM KLEIN ON THE ROAD. AGAIN.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: MIRIAM KLEIN ON THE ROAD. AGAIN.   Mer 13 Fév - 23:28

Les paroles jusqu’au bout des paroles! Chanter une chanson! Simplement. Jusqu’à l’étiage, à cet endroit précis où on prend le risque nécessaire de sortir des mots et de se jeter sous le sens comme on basculerait dans le vide. C’est là aussi, au plus fort du verbe que la voix ivre de vrai de la chanteuse bâloise Miriam Klein se pose en renvoyant les exercices de style exsangues à la mode du vingt et unième siècle à leur clinquante fatuité.

Il y a des road-songs qui sont autant de trajectoires racontées où la question de la linéarité et de la continuité, celle aussi de la discontinuité et des accidents, des ruptures, de l’ivresse du continu et de la fièvre du discontinu de la vie sont abordés comme les termes d’un pari dont-on ne sait jamais combien de temps on va le tenir. Detour Ahead fait le voyage à tombeau ouvert et sans se retourner - Wake-up, slow down before you crash and break your heart, gullable clown – jusqu’au bout de la nuit et comme dans l’ironie d’un jeu de piste soumis à une signalisation cruelle et ésotérique.

Toutes ces lumières qui défilent dans la nuit des routes en terre devenue étrangère sont autant de morceaux de phrases que la fatigue, cette morphine distillée par les kilomètres oublieux, et les accès furieux et muets de la pluie contre les vitres rendent incompréhensibles. Nous avons tout. Nous perdons tout les yeux ouverts et les mains vides. Nous ne comprenons jamais rien. Nous allons sans voir. Nous reluquons.



Road-song, road-movies. Le trajet comme cri dans la film éponyme de Michelangelo Antonioni - Il Grido - où Steve Cochran part pour revenir en vain puisque tout est déjà consommé dans les premières minutes du film, là, dans ce jardin suspendu dessus du Pô.

C’est dans le temps de l’inutile et du révolu, mais avec la force insistante du désir inassouvi, cette religion désabusée des régions déshérentes de l’âme que Miriam Klein chante, soutenue par le piano atmosphérique de Kirk Lightsey, ce Detour Ahead, sans l’avant et l’arrière de la marche, avec une douceur dont les échancrures tranchent parfois comme le rasoir avant de prendre la rondeur, mate à 37°5, des heures bées.

DETOUR AHEAD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
Johnnie
Veuve Clicquot-Ponsardin
avatar

Nombre de messages : 1098
Age : 67
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: MIRIAM KLEIN ON THE ROAD. AGAIN.   Jeu 14 Fév - 11:33

Ah, cette voix délicieusement suave et cet accompagnement piano qui sonne très "XXème siècle" avec une ligne mélodique sinueuse et des harmonies savamment élaborées ! C'est presque trop cérébral tout ça mais, pour une fois, qui s'en plaindrait ?
L'occasion enfin de découvrir MIRIAM KLEIN dont le grain et le vibrato de voix sont extrêmement précis et non dénués de chaleur pour autant. Merci Bannister pour cette découverte.
PS : Bravo aussi pour l'illustration qui me plaît bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MIRIAM KLEIN ON THE ROAD. AGAIN.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fender JazzBass Road Worn
» Un génie méconnu mort à 26 ans: Gideon Klein (1919-1945)
» Tutoriel video One Way Road - John Butler
» beard road o phonic
» Abbey Road

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JAZZ VOICES :: Les Voix :: 1960...-
Sauter vers: