AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DAVID ALLYN ET SA VRAIE VOIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: DAVID ALLYN ET SA VRAIE VOIX   Mer 16 Avr - 20:42



La voix de David Allyn, qui fût dès les années 40 celle de l’orchestre de jack Teagarden, puis, plus tard, de ceux de Boyd Raeburn Paul Smith, Johnny Mandel, Stan Kenton ou Count Basie est aussi une voix née du et portée par le foisonnement et la complexité, la promiscuité et l’abondance, l’effort dans la multitude qui faisaient le paysage intérieur de ces montagnes de swing qu’étaient les grandes formations américaines de l’après-guerre.

Cette voix n’était donc, forcément, pas celle propre d’Allyn, puisque le chanteur apparaissait tout en disparaissant dans le remous et les vagues produits par les puissantes sections de cuivres, mais plutôt celle de l’éloquence de corps plus grands que le sien, tout en reflets, en pupitres hiératiques et en vareuses alignées, .

C’est dire combien cet enregistrement dans la quasi solitude d’un studio qui allait être désaffecté et pour un label, Xanadu, qui allait disparaitre lui aussi, bouleverse le sens des proportions et rend enfin à ce chanteur la dimension nue de l’espace et le vaste du temps propres aux jours d’après.

Après les salles bondées et les nuits de route. Après la lente dérive avec Lucky Thompson sur une grande rivière d’héroïne qui venait ça et là, lécher comme une chienne avide la scène des tous ces clubs engoncés dans la pluie et la? fumée. 10, 15 ans pour en oublier 20, et ainsi de suite. Après que de derrière les persiennes qui bouclent la pénombre du studio la lumière se fût écoulée, à nouveau, comme un mince filet d’espoir, faisant briller la poussière sur les lames de fond d'un parquet où l'on ne danse plus.

David Allyn en 1975 chante Never Let Me Go, simplement accompagné par le pianiste Barry Harris, avec une sorte de ferveur dépouillée des fastes de la swing era mais qui en conserve l’empreinte révolue, comme si le vent se mettait à souffler à l’inverse des aiguilles d’une montre. Magistral.

NEVER LET ME GO

Extrait de l'album Don't Look Back gravé pour le label Xanadu en avril 1975


Dernière édition par Bannister le Jeu 17 Avr - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
Johnnie
Veuve Clicquot-Ponsardin
avatar

Nombre de messages : 1098
Age : 67
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: DAVID ALLYN ET SA VRAIE VOIX   Jeu 17 Avr - 14:54

Oui, incontestablement une belle voix au service d'une mélodie qui ne manque pas de charme mais dans laquelle il est assez facile de se perdre. Pas d'effet spectaculaire non plus. Rien que de la justesse et une grande sensibilité. Bref, des vertus basiques mais pas très courantes dans ce que l'on entend aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DAVID ALLYN ET SA VRAIE VOIX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les grandes voix changent de répertoire
» [JASON MALACHI] Belle voix... a écouter!
» [DAVID GEST] prépare un documentaire sur Michael Jackson
» Les voix,,, chanteurs etc..
» David Bowie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JAZZ VOICES :: Les Voix :: 1944-1960-
Sauter vers: