AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LE RAVISSEMENT DE DORIS DREW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bannister
Dom Perignon
avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: LE RAVISSEMENT DE DORIS DREW   Ven 9 Mai - 20:41



Rien de plus lamentable qu'une belle voix mise à confire, comme un fruit dans du sucre, jusqu'à ce que ce sucre envahisse chaque atome d'émotion, le sature, le tue. Combien d'admirables voix enregistrées par des cochons et pour, quel mépris, un public de présumés cochons? Le gâchis est considérable rien que pour les deux décennies où des centaines de chanteuses, dont quelques unes avaient un incontestable talent se sont vues noyées jusqu'à l'asphyxie dans des grands orchestres de cordes ou elles durent surnager, certaines s'y noyant et ne réapparaissant pas.

Reflet morbide d'une Amérique qui atteignit le seuil critique de la silicose morale et tomba dans le travers d'un enfer matérialiste ou les vocalistes sous contrat chez Capitol ou Decca étaient censées habiller comme des fantômes de lupanar les vapeur éthyliques des cocktails de fin de semaine et déshabiller les filles en déclenchant les mécanismes juteux de la libido - on peut d'ailleurs légitimement s'étonner que ce soit cette Amérique là qui ait foutu Wilhelm Reich en prison au lieu de généraliser l'usage du générateur d'orgône bon marché dans les drive-in.

C'est dire combien la chanteuse Doris Drew, plutôt habituée des Plateaux TV et des productions létales, eût de la chance d'enregistrer avec la belle formation réunie par Marty Paich ce 9 septembre 1957 - Don Fagerquist (tp), Herb Geller (as), Bob Enevoldsen(tb), Dave Pell (ts), Marty Paich (p, celeste), Al Viola (g), Max Bennett (b), Mel Lewis (ds). Quelques musiciens du Dektett du pianiste et arrangeur, donc, auxquels se sont joints Dave Pell, sax solaire, Dave Pike, vibraphoniste délicat, et le guitariste racé Al Viola pour une session de grande tenue à peine saupoudrée de quelques cordes plus tendues qu'à l'habitude.

Les arrangements de Paich - un ou deux titres portent à mon avis le coup de patte élégant et plus "carré" de Pell - sont comme d'habitude traversés par ces harmonies iridescentes et unissons chamarrés prisés par les musiciens west-coast, cela dans une atmosphère chambriste et, disons, olympienne tant les choses semblent se dérouler dans le calme et la perfection.

Mais, au lieu de nous jeter sur ce qui sort vraiment ici de l'ordinaire, prenons, quitte à foutre par terre l'ensemble de notre propos préalable, le risque d'extraire crânement de ce LP' le titre le plus boisé afin de mettre les cordes à l'épreuve de l'imagination et du talent.

Ainsi commence sur quelques accords étranges mais néanmoins viennois de clarinettes mélancoliques fondues dans la brume d'un cor ce I Only Have Eyes For You dont le thème est glorieusement exposé - le son du premier violon de l'orchestre de la MGM est somptueux - avant d'être repris par une Doris Drew ravie et portée par la musique comme si Fred Astaire lui-même l'avait saisie parla taille. Absolument merveilleux.

I ONLY HAVE EYES FOR YOU


Dernière édition par Bannister le Sam 10 Mai - 4:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://voices.4rumer.com
zetlejazz
Réhoboam
avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: LE RAVISSEMENT DE DORIS DREW   Sam 10 Mai - 0:36

Mais quelle idée de venir nous présenter pareil Dame !
Je suis amoureux !!!!

Non franchement, ce morceau est magnifique, l'orchestration particulièrement exquise et la voix de Doris, quelle velour, quelle douceur !
Y'a de quoi tomber amoureux car en plus, Doris Drew, quelle sacrée jolie femme !
D'ailleurs, je te suspecte de ne pas avoir laisser trainer la pochette pour rien, car il est rare que tu mette en exposition le cover des albums !

J'en suis à ma 3ème écoute là, autant dire que je suis charmé !

Merci beaucoup Bannister pour cette douceur pleine de charme, un vrai délice ! cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zetlejazz.canalblog.com/
Johnnie
Veuve Clicquot-Ponsardin
avatar

Nombre de messages : 1098
Age : 67
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: LE RAVISSEMENT DE DORIS DREW   Mer 14 Mai - 17:54

Je partage complètement l'appréciation de zetlejazz. Doris Drew est magnifique à tout point de vue. En ce bas monde, il y a beaucoup d'albums dont on peut garder la pochette et jeter le disque* sans état d'âme mais celui-ci fait exception.

* L'inverse n'étant pas envisageable car comment, dans ce cas, masquer les trous dans la tapisserie de manière harmonieuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE RAVISSEMENT DE DORIS DREW   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE RAVISSEMENT DE DORIS DREW
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Music and Lyrics avec Drew Barrymore et Hugh Grant
» 12'-DORIS GUY-LISTEN BABY-85-SENSATION REC
» Juliette, série de Doris Lauer
» Ben Evenstad interviewé par le Dr Drew
» ~ Topic sur les Comics ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JAZZ VOICES :: Les Voix :: 1944-1960-
Sauter vers: